Comme un cheveu sur la soupe – Sud du Brésil

PubliÉ le Catégories : Brésil, Plats et traditions.


Une petite douzaine de jours dans seulement trois états du Sud du pays. Inutile de préciser que notre expérience de la cuisine brésilienne est loin d’être exhaustive ! Mais nous avons quand même eu à cœur de tester un maximum de spécialités locales durant notre court séjour.

 

Açai na tigela, le petit déjeuner du surfer

201502 - Brésil - 0108L’açai est un fruit tropical que l’on trouve en Amazonie, qui se présente comme de grosses baies violettes-noires, mais qui poussent sur un palmier, l’açai, dont on consomme également le cœur.

 

Le fruit de l’açai est réputé pour ses excellentes propriétés nutritionnelles et énergétiques. Il est consommé sous forme de purée gelée tout au long de la journée, notamment dans les bars à fruits qui longent les plages du Sud du Brésil.
En ajoutant au-dessus de la purée gelée des morceaux de bananes et du granola (mélange de céréales,  de fruits secs, de miel et de noix), on obtient l’açai na tigela, un mélange détonnant, plein d’énergie, que l’on assimile au petit déjeuner du surfer.

Celui qu’on a testé nous a paru trop glacé, trop froid pour être avalé ainsi au petit-déjeuner.

 

On a aussi testé un simple jus d’açai. C’est bon, avec un goût fort, et très sucré. En boire une pinte serait rapidement écœurant !

 

Le lanche executivo, pour manger vite et bien à midi

Un bout de viande ou de poisson (souvent frit), du riz et des haricots en grain (arroz e feijão), de la laitue et des tomates, des frites, du manioc ou de la patate douce. Voilà le type de plats que l’on peut se faire servir quand on veut déjeuner vite et bien. A la carte, on les appelle les « lanches executivos« . Ce sont des plats de cuisine traditionnelle brésilienne, simples, bons et pas chers (autour de 3€ le plat). C’est surtout bien meilleur et moins cher qu’un fast food.

 

Les fast-food

McDo, Burger King, Subway, bref les chaînes habituelles. Mais aussi Bob’s, une chaîne de fast food brésilienne fondée dans les années 1950 par un ancien grand tennisman américano-brésilien. On a croisé énormément de fast-food dans les villes brésiliennes. C’est malheureusement un phénomène qui a l’air de bien marcher là-bas, malgré des prix plus élevés que ceux de certains restaurants. Dommage, et probablement une des causes de l’inquiétante augmentation de l’obésité dans ce pays. Car oui, il y a un réel problème d’obésité dans ce pays où le culte du corps est pourtant très important. Nous aussi, ça nous a surpris !

 

Les pasteles, l’empanada brésilien

201502 - Brésil - 0091Les pasteles sont une fine pâte, faite d’eau et de farine, que l’on garnit de viande, de fromage, de crevettes, de poulet ou de cœur de palmier. Pour les plus classiques, car il y a bien sûr une infinité de garnitures possibles. On referme ensuite la pâte par-dessus la garniture et on fait frire le tout. Ca ressemble donc beaucoup au principe de l’empanada d’Argentine, du Chili ou de Bolivie. Mais la pâte est beaucoup plus fine et légère, plus proche de la feuille de brick que de la pâte à pain.

 

 

Lucy, notre couchsurfeuse de Florianopolis, nous a fait une version différente, et très légère, de pasteles. Garnis de potiron et cuits dans l’eau, comme de gros raviolis. C’était très bon et bien plus diététique.

 

 

Le barreado

Voilà un plat typique du littoral de l’état du Parana, que nous avons donc goûté à Morretes, après notre périple en train. A vrai dire, on ne pouvait pas passer à côté, tant tout le monde nous en a parlé avant, pendant et après.

 

Le barreado, c’est de la viande de bœuf cuite pendant longtemps, très longtemps (une vingtaine d’heures environ), avec de l’ail, de l’oignon, du lard, du poivre et des épices. Jusqu’à ce que la viande soit complètement délitée. Avant de servir, on ajoute de la farine de manioc pour redonner consistance au plat. Et on le sert avec du riz et des bananes.

 

Malheureusement, celui qu’on a goûté ne nous pas laissé un grand souvenir. Un peu trop pâteux, et les bananes sont arrivées un peu plus tard que le plat. Dommage, car la banane panée frite était vraiment délicieuse.

 

La feijoada, le cassoulet brésilien

Des morceaux de porc et de bœuf qui mijotent avec des haricots noirs, cette spécialité ressemble fort au cassoulet ! Dans certaines régions, on ajoute à la fin d’autres légumes qui cuisent grâce à la vapeur de la feijoada. Et on sert ce plat avec du riz, et parfois de l’orange, pour la digestion paraît-il. On aurait aimé y goûter, mais notre restaurant de São Paulo n’en servait plus. Pourtant, ça avait l’air d’être la spécialité du samedi soir dans certains restaurants paulistes. Idéal avant d’aller danser et faire la fête, en effet !

 

La farofa, la poudre mystère

C’est de la semoule de manioc frite dans l’huile ou le beurre, à laquelle s’ajoute parfois un peu de viande, des épices et du sel. C’est paraît-il un aliment très riche et sain, qui plus est bon marché, que l’on mange donc beaucoup au Brésil. On en a eu plusieurs fois, mais pour nous ça a ressemblé beaucoup plus à une sorte de poudre, de farine épaisse, posée comme ça dans l’assiette. Sans grand intérêt, avec une texture vraiment étrange. Peut-être que nous l’avons mal utilisée…

 

Le caldo de cana, la boisson qui rafraîchit

201502 - Brésil - 0031Un morceau de canne à sucre, un bout de citron vert, des glaçons, et une machine pour presser la canne à sucre. Une première fois, puis une seconde avec le morceau de citron, puis une troisième fois dans la machine. On mélange le liquide jaune qui en sort avec un peu d’eau glacée. C’est sucré, citronné et délicieux quand il fait chaud !

 

La cachaça et les caïpirinhas

201503 - Brésil - 0268La cachaça est le fruit de la distillation du jus de la canne à sucre. Chaque ville du Brésil a sa marque de cachaça. Il en existe donc des centaines de différentes. On a les cachaças blanches, qui sont embouteillées immédiatement après distillation, et plutôt utilisées pour les cocktails. Et les cachaças dorées, ou ambrées, qui vieillissent dans des fûts pendant 3 à 15 ans pour les bouteilles les plus haut de gamme. Les cachaças dorées ont un petit goût, donné par le tonneau où elles vieillissent, et se dégustent pures.

 

A partir de la cachaça blanche, on fait le cocktail le plus célèbre du Brésil, la caïpirinha. Avec du jus de citron vert et du sucre pour la caïpirinha traditionnelle.

Avec la mondialisation et le développement du tourisme, il existe maintenant beaucoup de variantes de la caïpirinha, en remplaçant le citron vert par un autre fruit (fraise, kiwi, ananas, passion…) ou la cachaça par un autre alcool (vodka, vodka noire, sake ou autre liqueur). Nous, on s’en est tenus à la traditionnelle.

 

Et pour finir, quelques petites observations en vrac :

  • 201503 - Brésil - 0269Beaucoup de restaurants proposent des formules buffet à volonté, ou au kilo. C’est un mode de consommation très répandu au Brésil. Il y a même des buffets de glaces au kilo (mais pas à volonté, malheureusement !)
  • Dans le centre historique de São Paulo, on a testé le paraît-il célèbre sandwich au porc de Estadão Lanches. Avec ses fines tranches de porc, fondantes, son fromage, ses petits oignons et son bon pain, c’est vrai qu’il est bon leur sandwich.
  • On trouve souvent au petit-déjeuner un fromage très crémeux, le Requeijão, à étaler sur du pain. Il s’apparente à de la ricotta et n’a pas vraiment de goût prononcé.
  • On nous a une fois servi du « riz brésilien ». Et bien, on ne lui a rien trouvé de spécial, c’est juste un riz blanc classique
  • A table, on ne trouve que très rarement du sel, et jamais de poivre. Par contre, toujours un petit flacon d’huile et de vinaigre.
  • Les bières brésiliennes se boivent très très fraîches. La plus connue d’entre elles s’appelle d’ailleurs Antarctica. Leur goût, en revanche, n’est pas leur point fort. Pas plus mal de les boire si froides, donc.

 



2 commentaires sur “Comme un cheveu sur la soupe – Sud du Brésil


     lepage maryse a écrit :

    17 mars 2015 à 13:56

    Merci pour tous vos commentaires au fur et à mesure de votre itinéraire parcouru . Avec vous , on peut s’évader quelque temps . Sur la carte , vous êtes déjà passé Zanzibar , mais je n’ai pas eu votre envol et le début de l’Afrique côté Est . Peut-être suis-je trop avide de vous lire et que vous n’avez pas encore fait ce blog là ( mais bien sûr , n’y voyez aucun reproche de ma part ).Bonne continuation dans votre grand périple ..


       Frisita (voyagepartageetpotage.com a écrit :

      18 mars 2015 à 21:01

      Bonjour Maryse ! Merci pour ton message, nous avons effectivement débuté notre périple africain il y a deux semaines après avoir traversé l’Atlantique. Nous avions quelques articles en retard pour raconter la fin de nos aventures sud américaines, mais les premières nouvelles du Kenya et de Tanzanie vont arriver dans les tous prochains jours :) A très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.