Iran – Dans les bazars de Perse

PubliÉ le Catégories : Iran, Sur les marchés.


Iran – Au cœur de toutes les grandes villes, notamment Tabriz, Téhéran, Kashan, Isfahan, Shiraz, Qazvin…

Fréquence : Tous les jours sauf le vendredi, de 9-10 heures à très tard le soir

Produits : à peu près tout !

 

 

Tout d’abord, un peu de vocabulaire.

Bazar est le mot persan pour désigner un marché, un lieu où des biens et des services sont disponibles à la vente comme à l’achat. C’est l’équivalent du mot arabe souk.

 

Tous les bazars que nous avons visité se présentent de la même façon : un ensemble de petites ruelles labyrinthiques, recouvertes de petites coupoles de brique, donnant une certaine élégance architecturale à ces immenses marchés couverts. On trouve parfois des puits de lumière aux sommets des coupoles, pour amener un peu de luminosité naturelle jusqu’au cœur du bazar.

Mais au-delà de cet aspect esthétique, cette structure typique fait des bazars des lieux tempérés dans un pays où les températures extérieures peuvent monter très haut ! Idéal pour se balader l’après-midi, au plus chaud de la journée, et surtout pour garder les différents produits à la vente dans les meilleures conditions.

 

De part et d’autre de toutes ces ruelles, de petites échoppes, boutiques et ateliers d’artisanat viennent jouer le rôle économique du bazar. Tous les magasins sont regroupés par type de produits, et organisés selon une logique propre et inéluctable : les produits frais, dont la rotation est importante, sont par exemple situés près des accès au bazar. Les bijoux et produits précieux, en revanche, sont plutôt vendus dans le centre du bazar afin de limiter les vols…

 

Cela prend du temps de comprendre cette organisation, et mieux vaut se renseigner à l’avance quand on cherche à acheter un certain produit, car celui-ci ne sera vendu qu’en une zone très précise du bazar. C’est ainsi que nous avons déambulé de nombreuses heures dans l’immense bazar de Téhéran, à la recherche de fruits et légumes, nous perdant longuement entre les boutiques de chaussures, de vêtements, de tapis, de lingerie féminine (si, si !), d’épices, de céréales, de machines à coudre, de vaisselle en faïence, de vaisselle en cuivre, de produits d’artisanat, de ceintures, de confiserie… Vraiment, on peut trouver quasiment de tout dans un grand bazar !

 

Au rayon alimentaire, celui qui nous intéresse le plus, on a surtout trouvé des marchands de produits secs : épices (safran, menthe, basilic, thés…), noix (pistaches, amandes, cacahuètes…), céréales (riz, blé, pois chiches), fruits secs (dattes, abricots, raisins, cerises amères…), confiseries… Mais parfois, quand on a eu la chance de trouver la bonne entrée, on a pu passer devant les vendeurs de viande, d’herbes fraîches, de fruits, de légumes et de fromages (des sortes de feta plus ou moins consistantes et salées).

 

Il est intéressant de signaler également les vocations politiques et sociales du bazar. On trouve ainsi, au cœur même du bazar, des mosquées, des tombeaux, des bains, des « cafés » et de petits restaurants qui constituent autant de lieux de rencontres et d’échanges pour les locaux. Quant aux artisans et commerçants, ils détiennent un rôle politique puissant en Iran. Car quand ils sont en grève, c’est une grande partie de l’économie du pays qui est paralysée ! Leur alliance, de circonstance, avec le clergé chiite a même causé à plusieurs reprises de sérieux renversements de situation politique dans le pays.

 

Enfin, notons que l’emploi du mot bazar en français reflète très mal ce qu’on a vu en Iran. C’est loin d’être le souk dans les bazars ! Tout est bien rangé, bien organisé. Très peu de déchets traînent par terre, même du côté des primeurs. L’ensemble des ruelles est très propre. Dans certains quartiers, on se laisse vite enivrer par le parfum des épices. Tandis que du côté des viandes, l’odeur reste, au contraire, très contenue. Et puis les bazars sont, finalement, des lieux relativement silencieux. Les marchands ne hurlent pas pour attirer le client, bien au contraire. Tout le monde agit et parle dans le calme. Et il n’y a guère que le bruit des manutentionnaires qui poussent leurs lourds chariots sur les pavés pour nous sortir de la bienheureuse torpeur dans laquelle on plonge rapidement en observant ces lieux envoutant !

 

On vous laisse maintenant retrouver quelques photos de bazars, pour une tentative d’immersion dans l’ambiance particulière de ces lieux si importants dans la vie de la cité en Iran.

 

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *