Comme un cheveu sur la soupe – Nicaragua

PubliÉ le Catégories : Nicaragua, Plats et traditions.


Notre arrivée au Nicaragua a tourné une page importante dans notre alimentation : nous sommes passés du maïs au riz.

 

En effet, bien que l’on trouve encore des tortillas dans de nombreuses recettes, l’élément de base de l’alimentation nicaraguayenne est le gallo pinto. Au début, on pensait que c’était de la bière : une pinte de Gallo, la bière du Guatemala. Chouette, une pinte offerte pour chaque plat ! Mais quand on a vu notre petit déjeuner arriver, on a vite déchanté : le gallo pinto n’est autre qu’un mélange de riz et de petits haricots noirs. En même temps, c’était bizarre cette histoire de pinte au petit déjeuner…

 

Le gallo pinto est constant dans l’alimentation locale : il accompagne chaque plat, chaque repas, du petit déjeuner au dîner.

 

Le petit déjeuner typique

Pour bien attaquer la journée, les nicaraguayens mangent des œufs brouillés, mélangés à de la tomate et de l’oignon, avec un peu de banane plantain à côté. Et bien sûr, du gallo pinto et un café.

 

Les plats quotidiens

201410 - Nicaragua - 0058On trouve beaucoup de petits restaurants où la nourriture est présentée comme dans un self. Juste à l’entrée, les différents plats sont gardés au chaud dans de grandes casseroles. On choisit la viande que l’on veut et l’accompagnement. Souvent, il y a avait des viandes grillées (poulet, bœuf, porc) ou en sauce (langue de bœuf, effiloché de porc, poulet aux épices…). Pour l’accompagnement, en plus de l’inévitable gallo pinto, on peut choisir soit de la banane plantain, soit des crudités, souvent de la tomate, du concombre, de l’oignon et du chou, arrosés de jus de citron.

Ce qu’on a le plus aimé, c’est la salsa al ajillo : une petite sauce blanche à l’ail et à l’huile, servie sur les viandes ou poissons grillés. Vraiment excellente !

 

Les plats à base de maïs

Au Nicaragua, on trouve aussi des plats à base de tortillas. Par contre, on n’a pas vu de tortillerias, et toutes les tortillas auxquelles on a eu droit étaient à la fois dures et épaisses. La même épaisseur que celles du Guatemala, mais comme si elles avaient durci pendant une journée au soleil, comme si elles avaient été faites au Guatemala et transportées au Nicaragua par la route.
Avec ces tortillas pas très fraîches, on peut manger :

  • Des tacos : tortillas garnies de riz et de poulet, enroulées, souvent réchauffées sur le feu, donc durcies
  • Des enchiladas : tortillas garnies de riz et de poulet grillé au poivron, pliées en deux puis réchauffées
    Bref, si vous voulez manger de bon plats à base de tortillas, allez plutôt au Guatemala ou au Mexique.

 

Les accompagnements à la banane

Voilà des spécialités locales particulièrement savoureuses ! On a rencontré trois façons de faire les bananes :

  • Les tajadas : bananes plantain coupées très finement et cuites dans l’huile, comme des chips
  • Les tostones : tranches épaisses de bananes plantain écrasées puis frites dans l’huile. Un peu les frites locales
  • Les maduros : tranches de bananes jaunes, donc molles et sucrées, cuites dans l’huile.

 

Mais là où ça devient vraiment intéressant, c’est lorsqu’on les accompagne de fromage !

Le fromage nicaraguayen est assez savoureux et bien salé. Et en cuisant, ce fromage a la particularité de ne pas fondre, mais de devenir spongieux, avec une croûte un peu croquante. Pour accompagner les bananes, il est coupé en gros morceaux que l’on couvre d’épices et frit dans l’huile. Et on dispose les morceaux de fromage chaud sur les tajadas, les tostones ou les maduros, avec un peu de crudités à côté. Et ça, c’est vraiment trop bon ! On vous recommande donc vivement les tostones con queso et les maduros con queso, que l’on a renommés « poutine du Nicaragua ».

 

 

Du côté des desserts

Dans les panaderias, on trouve de beaux gâteaux à la crème, des tartes au citron, des pains briochés et viennoiseries de toute sorte : à la noix de coco, à la goyave, à la dulce de leche, au chocolat, mais aussi au jambon, au fromage, au jambon fromage ou au poulet… Attention donc à bien demander ce qu’il y a dans chaque gâteau car sur un même présentoir sucrés et salés peuvent être mélangés. Toutefois, les croissants jambon fromage que l’on a mangés étaient vraiment très bon, bien meilleurs que ces produits industriels que l’on peut parfois trouver chez nous.

 

Et qu’est-ce qu’on boit avec tout ça ?

201410 - Nicaragua - 0052Alors, là aussi, il y a le choix. Les amateurs de fruits pourront savourer d’excellents licuados (fruits pressés avec du sucre, allongés au lait ou à l’eau) de goyave, orange, banane, pastèque, fruit de la passion, ananas, papaye, etc.
Il y a aussi deux bières locales : la Toña et la Victoria, et un cocktail national à base de bière : la Michelada. Alors là, attention ! Du sel, du citron, du piment, du poivre et de la sauce worcestershire (?!?) d’un côté. Une bière de l’autre. Le mélange, quoique pas mauvais, est vraiment étrange. Mais on a quand même eu du mal à finir notre verre, à deux. Bref, pourquoi gâcher une bière ainsi ?

 

Pour les cocktails, on a donc préféré le Nica Libre : un shot de rhum nicaraguayen suivi d’une gorgée de Coca. Et on aurait bien aimé goûter la Macua : un rhum local accompagné de jus de goyave, de jus de citron et de sucre. Mais celui-ci nous a été présenté comme un vulgaire rhum-orange la première fois qu’on a demandé, et on n’a pas eu d’autre occasion d’en commander un par la suite. Dommage !

 

 

Finalement, hormis la déception des plats à base de tortillas, le Nicaragua a été une véritable bonne surprise du point de vue culinaire. Des plats assez simples, mais variés et goûtus, on a adoré les tostones con queso et les maduros con queso, et on a trouvé de bonnes viandes en sauce et d’excellents desserts en fouillant un peu dans les panaderias, et quelques boissons sympas. Du bon sur toute la ligne.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *