Un overland trip en truck – Pourquoi ?

PubliÉ le Catégories : Africa Truck, Botswana, Kenya, Malawi, Mozambique, Namibie, Préparatifs, Tanzanie, Zambie, Zimbabwe. Tags : , , .


L’Afrique ! Enfin nous y arrivons.
Il n’était pas question pour nous de faire ce tour du monde sans passer par l’Afrique. Sandrine ayant déjà posé ses valises en Afrique de l’Ouest et Benoît en Afrique du Sud, nous avons donc choisi de passer un peu de temps en Afrique de l’Est.

 

Et puis il faut dire que cette partie du continent a aussi un certain nombre de merveilles à proposer : le Kilimandjaro, le Serengeti, le Ngorongoro, Zanzibar, les Masaï, les grands fauves, le lac Victoria, le delta de l’Okavango, les chutes Victoria, les hauts plateaux d’Abyssinie, le désert de Namib et tant d’autres images flottent dans nos têtes.

 

Mais comment ? Visiter l’Afrique n’est pas aussi simple que faire du backpacking en Amérique du Sud.
Nous avions identifié plusieurs options pour nous déplacer à travers ces pays :

  • Acheter ou louer une voiture
  • Utiliser les transports en commun
  • Voyager à pied, à vélo ou en stop
  • Voyager en groupe organisé

 

Acheter ou louer une voiture en Afrique

C’est la solution offrant le plus de liberté et de confort.
Imaginez le décor : deux aventuriers, chapeau sur la tête et lunettes de soleil vissées sur leur nez, au volant d’un 4×4 qui roule sur une piste de terre ocre, laissant derrière lui un nuage de poussière. Ils traversent une savane sèche avec de petits arbustes à perte de vue. Pas d’eau, pas d’habitation, une nature brute et sauvage. Ca fait rêver, non ?
Une fumée blanche se met à sortir de l’avant du véhicule. Les aventuriers s’arrêtent, ouvrent le capot, regardent à l’intérieur, se regardent, regardent à l’intérieur,… Bref c’est le drame. C’est où déjà le réservoir d’eau ? l’huile ?
Ca peut paraître drôle dit comme ça, mais en Afrique, on a 100% de chance de tomber en panne !

 

Et malheureusement, nous sommes tous les deux de biens piètres mécanos. Changer une roue, d’accord, mais aller trifouiller dans le moteur, pas vraiment. On n’y connaît pas grand-chose. Alors quand on tombera en panne au milieu de nulle part, en fin de journée, que faire ? Et si jamais il y a des gens autour, pourront-ils vraiment nous aider ? Ou ne chercheront-ils pas à profiter de notre détresse ? Car la sécurité est quand même une question dans certains coins d’Afrique.

 

Et enfin, il y a l’aspect financier. Il faut non seulement payer le véhicule, acheter et revendre, ou louer. C’est toujours un investissement conséquent. Et ensuite il y a le carburant, l’assurance, les réparations plus ou moins grandes, les policiers qui vous arrêtent en route et trouveront toujours une bonne raison de vous soutirer de l’argent. Et puis il y a les passages de frontières, la paperasse à gérer
Bref, on a vite écarté cette solution.

 

Utiliser les transports en commun

C’est la solution que l’on a privilégiée depuis le début de notre voyage. Plus économique que la voiture, plus rapide que le stop ou le vélo, plus proche des habitudes locales, sans le risque de trop se perdre.

Mais voilà, en Afrique, de nouvelles contraintes apparaissent. Imaginons d’abord à quoi ça pourrait un peu ressembler.

 

Nous marchons en ville avec nos gros sacs. Il fait chaud, nos sacs sont lourds, on transpire beaucoup. On cherche le bus ou le minibus pour notre prochaine destination. Quelques individus marchent à côté de nous, essayant de nous vendre des cacahuètes, des bouteilles d’eau ou des bracelets malgré nos refus répétés. Nous voyant perdus, d’autres se proposent spontanément de nous aider. Mais à qui vraiment se fier ? Où est ce maudit bus ? On tourne, on tourne et on finit par le trouver. Nous sommes trempés et épuisés. Comme on a de gros sacs, le chauffeur veut nous faire payer une place de plus. Ca nous énerve, mais finalement on paie, car on a qu’une seule envie, c’est de partir. En plus, le bus est déjà bien plein, alors on doit voyager debout, avec nos sacs posés par terre. On continue de ruminer. Puis on attend 15 minutes, 30 minutes, 1 heure. D’autres personnes continuent de monter dans le bus. Nous sommes compressés les uns sur les autres, il fait une chaleur étouffante, ça sent la transpiration. 1 h 30 après, ça y est ! Le bus démarre. Il y a enfin les 60 passagers requis, pour un bus de 40 sièges. C’est parti pour six heures de route…

 

Non, vraiment, c’est le genre de situation galère que l’on n’a pas envie d’affronter. Et là on ne parle même pas de sécurité routière… Alors, pour une bonne partie de l’Afrique, nous allons éviter cette solution.

 

Voyager à pied, à vélo ou faire du stop

Les deux premières options ne correspondent pas au mode de voyage que nous avons choisi. Nous ne sommes pas préparés pour, ni physiquement, ni matériellement, ni moralement.

 

Quant au stop, à l’époque l’idée ne nous avait pas traversée l’esprit tant nous étions novices en la matière. Et aujourd’hui après plus de 4000km parcourus sur le pouce, nous ne sommes toujours pas convaincus par cette solution pour l’Afrique. Peut-être dans certains pays sur certaines portions, mais certainement pas comme mode de déplacement principal entre le Kenya et l’Afrique du Sud. Tout simplement on ne le sent pas niveau sécurité. Et s’il est parfois bien agréable de repousser ses limites, il faut aussi les admettre pour que le voyage reste un plaisir.

 

Voyager en groupe organisé

Il ne nous reste donc plus que cette solution. Ce n’est pas forcément notre tasse de thé pour ce voyage car c’est souvent synonyme de coûts plus élevés, de moins d’autonomie et de contacts avec les populations locales, etc. Mais il existe un type de voyage organisé un peu alternatif : voyager dans un camion aménagé.

 

Il y a quelques temps, Benoît avait reçu un couchsurfer américain qui avait expérimenté ce genre d’expédition en Afrique pendant plusieurs mois. Et ça avait l’air sympa. Alors on a fouillé sur le net pour voir ce qui existait.

On a trouvé plusieurs compagnies, mais aucune française a priori. Le principe est toujours un peu le même : le camion suit un itinéraire prédéfini – il en existe des dizaines à travers l’Afrique – en passant par les principales attractions touristiques des régions traversées bien sûr. Un chauffeur-mécano s’occupe de conduire et entretenir le véhicule, un tour leader l’accompagne et est en charge des formalités d’hébergement, de la nourriture, des excursions touristiques, de l’administratif, de la vie du groupe, etc. Sur ce point, ça nous fera un peu de repos.

 

On peut trouver plusieurs niveaux de confort et le prix varie en conséquence. Pour le moins cher, le groupe s’autogère beaucoup, on fait du camping, les courses dans des marchés et on cuisine. De l’autre côté il y a la version « hôtel roulant », par une compagnie allemande, et en intermédiaire la version « camping de luxe » où le campement et les repas sont préparés par du personnel dédié.

Quant aux groupes qui composent ces camions, ils sont en général relativement restreints de 5 à 25 personnes et de tout âge, de 18 à 77 ans. Deux critères qui nous conviennent bien.

 

Oasis, Oasis, c’est bon, c’est bon

Bien sûr on a opté pour un maximum d’autogestion et en comparant les agences les moins chères nous avons choisi de voyager avec Oasis, une compagnie anglaise. C’est d’ailleurs avec celle-là qu’était parti le couchsurfer américain de Benoît.

La compagnie existe depuis plus de 15 ans et est reconnue pour son sérieux. Elle propose des circuits de type « overland » en Afrique mais aussi en Asie ou en Amérique du Sud. Il y a même le voyage ultime en camion : le tour du continent Africain en 9 mois !

 

Le prix de base était aussi le meilleur, car toutes les excursions étaient proposées de manière optionnelle. Cela laisse à chacun la possibilité de s’adapter à son budget et aussi le temps et la liberté de visiter un peu par soi-même. Mais attention l’addition peut aussi vite devenir salée, surtout avec l’effet de groupe.

Une autre particularité qui nous a plu chez Oasis : la disposition « en U » des sièges dans le camion. Ce qui amène plus de convivialité pendant les longues heures de route.

Et puis chacun doit s’atteler aux tâches communautaires et la plupart des hébergements se font en tente. Ainsi les prix abordables et les conditions plus sommaires attirent une population un peu plus jeune au risque de parfois transformer le camion en « party-truck ».

 

L’humain, c’est aussi ce qui fait le charme des voyages en groupe. Et cela nous a plutôt réussi par le passé…

 

La décision a donc vite été prise : nous traverserons l’Afrique de l’Est en camion. Un overland trip en truck, 56 jours pour rejoindre Nairobi à Cape Town.

 

201503 - Kenya - 0001



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *