VPP, saison 2

PubliÉ le Catégories : Préparatifs.


On fait une pause dans le récit chronologique de nos aventures pour revenir au présent, le 16 août 2015.

Nous sommes actuellement dans un bus, en direction de la France.

Oui, la France !

 

Cette étape n’était pas prévue dans notre itinéraire initial, mais un heureux événement dans notre famille est venu chambouler nos plans. Alors nous voici de retour, pour seulement deux semaines, avant de reprendre notre route vers l’Est.

Le sentiment est étrange de revenir dans ce pays, notre pays, que nous ne pensions pas revoir de sitôt. Au début, on avait un peu de mal à se faire à l’idée. Ça nous donnait comme un goût d’inachevé.

 

Mais finalement, on a hâte. On rêve depuis plusieurs semaines de la gastronomie française. Forcément, après un mois d’injera en Ethiopie et deux mois de riz à Mada et en Iran, on attend avec impatience de retrouver toutes ces petites recettes de nos mamans qu’on n’a plus goutées depuis un an.

 

On a organisé un tour de France de nos familles, des retrouvailles avec nos amis, et on est super excités de revoir tout le monde ! Internet c’est super pour garder contact et avoir quelques nouvelles mais on a envie de voir vos têtes, en vrai, d’entendre vos voix, vos histoires, vos rires.

Bientôt.

 

 

En attendant, on a longuement réfléchi à comment intégrer ce détour dans notre voyage. C’était le retour du casse-tête de l’itinéraire. Pour notre plus grand plaisir, parce qu’il faut bien le dire, c’est la partie la plus drôle des préparatifs d’un voyage au long cours.

Alors on a imaginé les solutions les plus folles. Notre préférée : un Téhéran – Paris – Saint Pétersbourg – Moscou – Oulan Bator – Pékin – Lhasa entièrement en train (sauf un petit zeste de bateau) ! On l’avait appelé le « Téhéran – Lhasa en wagon-bar« .

 

Et puis il a fallu revenir à la raison. Ce chouette projet nous faisait arriver trop tard en Mongolie. Winter is coming comme on dit, et là-bas, à partir d’octobre, il devient quasiment impossible de se déplacer.

Autre facteur : les sous-sous.

On était super contents d’avoir tenu notre budget en dollar, avec même un léger surplus au bout d’un an. Mais avec la chute dramatique de l’Euro, on avait carrément explosé notre budget en Euro, la monnaie de nos comptes en banque, malheureusement.

Il parait que c’est bon pour les exportations et l’économie, mais quand on fait un budget avec un taux euro-dollar à 1,38 (le plus haut de ses 5 dernières années, mais on s’en est aperçus bien trop tard…) et qu’il est actuellement à 1,10 avec un creux à 1,05 en mars, ça fait très mal. C’est comme si on nous avait volé un cinquième de nos économies.

 

Pas le choix, il fallait aussi réduire les dépenses pour cette deuxième année. Ou la durée, mais ça on n’avait pas trop envie. Alors on a revu nos destinations, enlevé les plus chères, cherché comment limiter les déplacements en avion et agencer les pays pour avoir les meilleurs prix.

En prenant en compte notre expérience de cette année où on a beaucoup bougé, parfois trop, on a aussi voulu se laisser plus de temps dans les pays qu’on traversera et on a essayé de privilégier des endroits difficiles d’accès, qu’on aura plus de mal à visiter en vacances plus tard, sur seulement quelques semaines. Ben oui, ce n’est pas parce qu’on aura fini notre tour du monde qu’on s’arrêtera de voyager pour autant.

 

Bref, on est arrivé à ça…

 

L’itinéraire initial :

VPP - Itinéraire2

 

Le nouvel itinéraire de notre deuxième année : (en jaune, le parcours effectué en saison 1) :

VPP - Itinéraire Saison 2

 

Grosso modo, on garde les pays qui nous faisaient rêver et on les réorganise.

On a quand même enlevé le Tibet (très cher et forcément en tour organisé), le Népal (en reconstruction et qui allait aussi de pair avec le trajet Tibet – Inde), et l’Australie (aussi très cher).

Pour arriver plus tôt en Mongolie et y profiter d’un meilleur climat, on a cédé pour un vol jusqu’à Oulan Bator au lieu du train partant de Moscou.

Mais en échange, on va faire la fin du Transsibérrien, du Lac Baïkal à Vladivostok, portion moins empruntée et qui se termine dans une ville synonyme de bout du monde. Surtout en hiver. Moscou ou Saint Pétersbourg, on pourra plus facilement y aller depuis la France, une autre fois.

Et puis on a aussi trouvé un super bateau qui nous permet de relier Vladivostok au Japon. L’idée nous plait beaucoup. Surtout qu’on peut ensuite aussi revenir en bateau en Chine. Alors visiter le Japon sans prendre l’avion, ça c’est fun.

Enfin, à la place de l’Australie, on a rajouté un détour dans les îles du Pacifique avant de rejoindre Hawaï. A force d’écumer les sites des compagnies aériennes, Benoît nous a trouvé un vol Brisbane – Honolulu, avec stop-over aux îles Fidji et Samoa, défiant toute concurrence. Alors passer un mois sur des îles si lointaines, bien sûr, on prend !

 

Ce nouvel itinéraire nous donne la pêche. Voyage, Partage et Potage, saison 2, s’annonce magique !

 

Alors, vous nous rejoignez où ?

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *