Brèves Nippones #12 – Les châteaux, vestiges du Japon médiéval

PubliÉ le Catégories : Japon. Tags : , , .


Malgré la petite dizaine de milliers de kilomètres qui les sépare, et des cultures radicalement différentes, on peut trouver de quelques similitudes entre l’Europe et le Japon à l’époque médiévale. Un système féodal avec des seigneurs régnant au niveau local. Des samouraïs assurant les fonctions civiles et militaires, à l’image des chevaliers en Europe. Un Empereur détenant un pouvoir divin et absolu, équivalent à celui de notre Pape. Et pour se protéger d’invasions dites « barbares », des châteaux forts disséminés dans le pays, faisant office de lieu de résidence pour les seigneurs et de places fortes pour se protéger en cas d’attaque.

 

Ces châteaux ont poussé comme des champignons entre le XIVe et le XVIe siècle, et on en comptait plus d’un millier dans tout le Japon à la fin de cette époque. La prolifération fut telle qu’une loi du XVIIe siècle limitât le nombre de châteaux à un par province, entraînant la destruction d’un grand nombre d’entre eux. Puis au XIXe, à un tournant de l’Histoire du Japon, la destruction de tous les châteaux fut ordonnée. Seuls 19 ont demeuré. Les bombardements américains de la Seconde Guerre Mondiale ont eu raison de 7 autres, ce qui fait qu’on ne compte plus aujourd’hui que 12 châteaux originaux !

Mais à côté de cela, un grand nombre a été reconstruit dans un élan de fierté nationale, notamment dans les années 1960, et ce sont aujourd’hui 88 donjons qui sont disséminés dans tout le Japon.

 

On a eu la chance d’en découvrir certains au cours de notre périple, avec des impressions parfois bien différentes.

 

 

Des structures identiques

Globalement, tous les châteaux, authentiques comme reconstruits, ont la même structure. Ils sont toujours bâtis en hauteur, sur une colline quand le terrain le permet ou au moins sur un petit promontoire. Leur base est faite de grosses, d’énormes pierres. Ils sont entourés de douves, qu’un ou plusieurs ponts enjambent en face de grosses portes.

Dans l’enceinte du château, les cheminements se font entre des fortifications à travers des passages tortueux afin que l’ennemi s’y perde. Les châteaux s’étendent en effet sur de grandes superficies, et ne se limitent pas qu’à leur seul donjon, loin de là. On trouve différents quartiers et niveaux de défense, à commencer par les habitations des samouraïs, puis les résidences du seigneur et des membres de sa famille, et enfin le donjon, dernier rempart, rarement habitable d’ailleurs.

 

201511 - Japon - 0778
 

Mais ce sont pourtant ces derniers qui nous laissent le plus d’impressions. A la différence des châteaux occidentaux, les donjons japonais sont tout en bois, avec de monumentaux piliers verticaux, qui tiennent de grosses poutres sur lesquelles reposent les différents planchers. Cette structure permet de mieux résister aux séismes, fréquents dans l’archipel, et offre des facilités de reconstruction.

L’inconvénient du bois, c’est que ça prend feu facilement, et que ça peut pourrir. Mais pour remédier à cela, tous les murs extérieurs, jusqu’aux tuiles du toit, sont recouverts d’un enduit naturel qui assure une bonne défense contre l’incendie, mais aussi les intempéries (pluie, neige, vent). Simple et efficace.

Enfin, il y a les toits, si caractéristiques des châteaux japonais. Ces grands toits incurvés à pignon triangulaire, recouverts de tuiles ondulées. On compte souvent cinq niveaux de toits sur un donjon japonais, un pour chaque étage non enterré.

 

201511 - Japon - 0184
 

Les châteaux aujourd’hui

Il est souvent possible de se balader gratuitement dans les fortifications des châteaux, et d’apprécier les donjons de l’extérieur. Ceux de Matsue et Matsumoto valent particulièrement le coup d’œil car il sont parmi les 12 derniers donjons à avoir gardé leur structure d’origine. On a notamment apprécié de l’extérieur la finesse de la construction, notamment au niveau des toits, la belle couleur noire du donjon de Matsumoto, et le remarquable état de conservation de ces édifices vieux de 400, voire 500 ans.

 

Les environs du château d’Osaka sont également intéressants, dans un grand parc vert. Et le donjon offre de belles couleurs vertes avec des dorures sur ses toits, absolument magnifiques. Le château de Nagoya, que l’on a aperçu que brièvement, nous a semblé d’un style assez similaire.

A noter également les donjons de Hirado, Gifu, et Gujo situés en haut de grandes collines et qui dominent une partie importante de leurs environs. De là-haut, les vues doivent être impressionnantes, mais on ne les a vu que d’en bas.

 

201511 - Japon - 0191Car l’intérieur des donjons est payant. Dans de nombreux cas, il a été reconstruit en béton, seul l’extérieur gardant une apparence d’époque, et abrite une sorte de musée. On a visité celui d’Hiroshima, qui fournit de nombreux éléments sur l’histoire et la culture de l’époque des samouraïs, ainsi qu’une remarquable exposition de masques et tenues de samouraïs. Ça paraît tellement plus léger et subtil que nos grosses armures de chevalier tout en métal !

 

A Kumamoto, l’exposition concerne plutôt le siège qui s’y est tenu en 1877, qui marque également la dernière guerre civile qu’a connu le Japon. Une bataille tragique qui a marqué la fin de la classe des samouraïs avec la victoire de l’armée impériale.

 

Visiter un donjon, c’est aussi l’occasion de prendre de la hauteur dans la ville et de profiter d’un superbe panorama à 360°. Agréable à Hiroshima, surtout au coucher de soleil. Mais moins intéressant à Kumamoto, à cause des terribles conditions météo qu’on y a connu !

 

 

 

Himeji, un château à part

Le château d’Himeji fait partie des 12 châteaux originaux, et est assurément le plus beau d’entre tous. Surtout depuis mars 2015, où il a été profondément rénové. Tous les éléments en plâtre et les tuiles ont été déposés, refaits ou nettoyés, puis reposés. Les enduits ont été repris à neuf ainsi que les joints des tuiles. Et la structure en bois a été ponctuellement renforcée. Résultat, on a un château tout blanc, plus blanc que blanc pourrait on dire, qui se voit de loin et qui est vraiment splendide.

 

201511 - Japon - 0829

 

Pour la visite de ce château, on n’a malheureusement pas trouvé de guide volontaire pour nous accompagner. Mais on pensait avoir trouvé mieux : une application de « réalité augmentée » sur notre téléphone qui offre des vidéos explicatives en certains points spécifiques. Tout un programme !

 

201511 - Japon - 0773Il ne reste aujourd’hui, du grand château de l’époque médiévale, que le donjon principal avec ses tours de guet, quelques portes, une partie des murs d’enceinte, les douves, et un long bâtiment sur le flanc ouest qui faisait office de logement pour les dames de compagnie de la princesse. C’est dans cette dernière partie qu’on apprend le plus de choses sur l’histoire et la vie du château, grâce à de nombreux panneaux en anglais et quelques objets d’époque.

 

Une partie de l’exposition est consacrée aux stratégies de défense employées en cas de siège, avec plein de petites ouvertures dans les murs pour envoyer des flèches, de trappes pour jeter de l’eau bouillante ou de grosses pierres, de recoins cachés pour tendre des embuscades… C’est là qu’intervient notre application de réalité augmentée, qui nous permet de voir des soldats courir pour jeter des pierres par un trou, au cas où on n’aurait pas bien compris les explications.

Une autre partie présente les techniques de construction utilisées, notamment pour la charpente bois, la maçonnerie des fortifications, les tuiles et les enduits. Ces mêmes matériaux et techniques ont été utilisées pendant les cinq ans qu’ont duré la restauration. Un travail colossal !

 

A l’extérieur, d’autres panneaux en anglais. Ils expliquent, eux aussi, les techniques de défense, les meurtrières, les trappes… Oui, tout cela se répète pas mal. Et encore, c’est sans compter sur l’application de réalité augmentée, où l’on revoit des soldats courir en armure et jeter des pierres par un trou !

 

Et puis il y a la donjon ! Et là, il y a foule. Une grande foule même, avec des cars entiers de touristes qui viennent chaque jour le visiter. Le problème à l’intérieur, c’est que les niveaux sont de plus en plus petits. Et comme tout le monde veut aller tout en haut, ça coince très vite. Il y a des bouchons, et on est surpris de voir une telle foule. Mais ça nous laisse au moins le temps d’admirer l’intérieur du donjon. Celui-ci est complètement vide, et permet donc d’admirer pleinement le remarquable enchevêtrement des poutres et des piliers, des supports de planchers, de murs couverts d’enduits, et de toitures. Une véritable merveille de construction, tout en bois !

 

 

 

Arrivés enfin au sommet, on bénéficie d’une jolie vue sur la ville et la plaine environnante. Ainsi que d’une dernière couche de techniques de défense dans le donjon, avec des trappes et des meurtrières, et un petit coup de réalité augmentée pour voir des soldats courir en armure. Magique :D

 

En sortant du donjon, après une bonne heure dans la foule, le ciel bleu a fait son apparition. Le blanc du donjon s’illumine alors sous les rayons du soleil, et c’est toute la structure qui ressort encore davantage. Et là, ce n’est pas de la réalité augmentée, mais c’est quand même vraiment magnifique !

 

 

201511 - Japon - 0800

 

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *