Voyage, Partage et Ciorba

PubliÉ le Catégories : Préparatifs. Tags : , , .


Nous avons eu la chance d’être invités au mariage d’un ami de Sandrine en Roumanie et avons décidé de profiter des ponts de mai pour prolonger le séjour. Une telle occasion de s’immerger un peu dans la culture d’un pays que nous ne connaissons pas ne pouvait se refuser !

Mais partir pour 8 jours de vacances en Roumanie à 2 mois du grand départ, était-ce bien raisonnable ? C’est la question que nous nous sommes posée sur le trajet de l’aéroport.

 

Pris dans l’organisation de notre tour du monde, nous n’avions pas vraiment eu le temps de préparer ce voyage. Nous avions juste trouvé une location de voiture, en partant de l’ouest du pays pour la rendre à l’est, et avions donc réservé nos billets d’avion en conséquence.

Manque de chance, le loueur a annulé la location quelques jours plus tard ! Il ne nous restait plus qu’à traverser la moitié du pays en train puisqu’on ne pouvait plus changer nos billets d’avion et que les autres locations étaient hors de prix.

Question hébergement, nous avions envoyé une petite trentaine de demandes en Couchsurfing dans les cinq villes que nous voulions traverser. Mais au moment de prendre l’avion nous n’avions reçu que deux-trois réponses négatives et une positive pour notre première nuit (c’était déjà ça !). Quant aux autres modes d’hébergement, on ne s’était pas du tout renseigné. Bref, au moment de monter dans l’avion on se demandait si tout cela était bien raisonnable.

 

Et puis on a mis le pied en Roumanie. Et dès les premiers moments, le plaisir du voyage a repris le dessus.

Comprendre comment fonctionne le pays, comment aller d’un point à un autre, comment prononcer les quelques phrases de base que nous apprenions en Roumain, frauder dans le bus parce qu’on ne savait pas que le chauffeur ne vendait pas de tickets… On était reparti dans le joyeux jeu de piste d’un voyage à l’étranger. Plaisir finalement renforcé par notre absence de préparation !

 

On s’est laissé aller au hasard des rencontres et notre voyage a été magique.

 

Nous avons d’abord rencontré Bartosz, un joyeux luron polonais qui nous a entraîné dans un bar pour voir un match de foot du très confidentiel championnat polonais. Et qui nous a surtout conseillé quelques visites dans le Banat, région ouest de la Transylvanie, et quelques bons plans culinaires dans la ville de Sibiu, notre étape suivante.

 

Roumanie

 

Le lendemain, nous sommes donc montés dans le premier train pour Sibiu. On nous avait plutôt déconseillé les trains roumains, en raison de leur lenteur. Alors certes, ils roulent à 60km/h, soit deux fois moins vite qu’un lent train français. Mais nous n’étions pas pressés et avions envie de prendre le temps de découvrir les paysages des campagnes traversées. Et puis la bonne surprise : les trains sont très confortables ! Sur un espace où on entasse 8 sièges en France, il n’y en avait que 5 dans le train roumain.

 

 

Arrivés à Sibiu, nous avons profité de quelques balades dans cette jolie ville historique, particulièrement bien conservée.

 

photo

 

Et nous nous sommes rappelé des bons conseils donnés la veille par Bartosz : goûter une ciorba de fasole in paine dans un petit resto du centre ville qui ne paye pas de mine (le « Delis » pour ceux qui auraient l’occasion d’y aller). Nous y avons donc commandé cette soupe de haricots blancs servie dans un pain. Un délice, effectivement ! Moi qui suis plutôt dans le camp des croqueurs que des trempeurs et qui, par conséquent, ne met pas de croûtons dans ma soupe car ils deviennent tout mous, là j’ai trouvé que le pain qui avait absorbé une grande partie de la soupe avait une consistance très agréable, presque comme une brioche. A tester absolument !

 

Après une nuit dans une petite auberge, les acceptations de Couchsurfing ont commencé à arriver et tout le reste du voyage s’est passé chez l’habitant.

Et que de belles rencontres !

 

 

Le lendemain nous reprenons un train pour Bucarest où nous avions finalement loué une voiture pour la fin de notre séjour. Nous achevons ainsi nos 800km de périple ferroviaire dans le pays.

Nous y rencontrons Adriana et Sebastian, pour qui nous étions la première expérience en Couchsurfing. Nous nous sommes tout de suite sentis bien avec eux. Ils nous ont fait visiter leur ville et nous avons partagé quelques moments simples autour d’un verre puis d’un jeu de société, comme si nous étions déjà de vieux amis. Quelques jours plus tard, la veille de notre départ, on les a retrouvés et on était tout content de pouvoir partager à nouveau quelques moments avec eux. Il est difficile de mettre des mots sur le sentiment qui nous animait, mais on avait vraiment l’impression qu’un lien fort s’était établi entre nous.

 

 

A Brasov c’est chez Diana et Petru que nous avons passé notre première soirée. Un accueil très chaleureux, nous avons partagé le plaisir qu’ils avaient de nous montrer leur ville. Petru nous avait prévenu : « Brasov, c’est la plus belle ville de Roumanie », et après deux jours dans les environs, il faut bien l’avouer, c’est notre coup de cœur. Ils nous ont aussi donné quelques bons conseils pour les visites du lendemain et nous ont fait goûter leur Tsuica maison, l’eau de vie locale. Excellente.

 

 

Pour notre deuxième soir à Brasov, nous sommes allés chez Marius, qui s’est avéré être le meilleur ami de Diana et Petru – amusante coïncidence !

Marius a aussi prévu un voyage au long cours en juillet, et nous avons passé la soirée à deviser autour de nos projets et notre vision de la vie. De son côté, son voyage sera plus introspectif, à la rencontre de lui-même et des autres. Il a prévu de voyager quasiment sans argent, s’en remettant à l’hospitalité et la générosité des gens. Un voyage à pied et en stop, avec une tente, de quoi faire sa popote et juste quelques carnets pour écrire. Belle personne pour une belle rencontre.

 

 

Ensuite place au mariage à Pitesti !

Tout a commencé par une sorte de brioche au chocolat passée au dessus de la tête de la mariée puis partagée entre les invités pour porter bonheur à tous.

Puis on s’est retrouvé dans une petite église orthodoxe, tous debout, pour la cérémonie. Une église magnifiquement décorée à l’intérieur. Une cérémonie très chantée et animée, assez courte.

 

 

Nous avons noté quelques particularités du culte orthodoxe ou de la culture roumaine :

  • Les témoins, qui s’appellent ici « parrains » sont obligatoirement un autre couple déjà marié qui accompagnent les futurs époux dans ce rite de passage.
  • Ce sont d’ailleurs les témoins qui passent les alliances aux doigts des mariés
  • Une couronne est bénie et disposée sur la tête des époux
  • La cérémonie se termine par une ronde avec les popes, les époux et leurs parrains
  • Et attention, les mariages s’enchaînent dans l’église, mais la mariée ne doit pas voir d’autres mariées le jour de son mariage, cela porte malheur. Cela dit le marié n’est pas censé regarder trop les autres mariées non plus ;)

 

Vient ensuite l’heure du repas.

Roumanie

Pas de vin d’honneur, mais un repas gargantuesque. Entrées (charcuteries, fromages, crudités… 12 préparations différentes dans chaque assiette !), puis plat de poisson généreux, puis les traditionnelles sarmales (chou farci à la viande accompagné de polenta, et Blam !), puis assortiment de viandes grillées accompagné de quelques pommes de terre (pourquoi ne mettre qu’une côte de porc alors qu’on peut y ajouter des saucisses et une escalope de dinde ?), et enfin le dessert, un gros gâteau (ici une forêt noire) dont la première part est coupée traditionnellement par les mariés. Entre chaque plat il se passe souvent plus d’une bonne heure, le temps de quelques animations et quelques danses. Alors pour couper les éventuelles petites faims en attendant le plat suivant, cacahuètes et fruits sont disposés sur chaque table.
Autre particularité, vers minuit la mariée est kidnappée par ses amies et elles partent toutes danser dans une boîte avoisinante. Pendant ce temps le marié doit constituer une rançon pour récupérer son épouse. Irina a donc heureusement pu être sauvée en échange de 6 Kinder Surprises et d’une bouteille de whisky qu’Ovidiu a dû aller chercher en pleine nuit en ville.

Tout est bien qui finit bien et nous leur souhaitons beaucoup de bonheur !

 

 

Pour les deux derniers jours du voyage, à peine remis de cette soirée, nous partons vers la Mer Noire et le delta du Danube. Nous retrouvons notre dernier hôte, Lucian, qui nous emmène dans la maison où vivent sa mère et sa grand-mère, dans le petit village d’Enisala, à l’entrée du Delta. Lucian est passionné de nature et nous fait découvrir les merveilles des environs : des pélicans et des champs de pivoines en floraison. Nous passons une soirée au calme dans la magie de ce petit village rempli des bruits des animaux de la ferme. La mère de Lucian nous prépare un repas à partir de produits locaux : salade et herbes aromatiques du jardin, pain fait maison, œufs de leurs poules, fromage fait par sa tante, prunes en sirop du jardin, vin et tsuica qu’ils produisent. Cette simplicité et leur accueil si généreux nous touchent. Lucian nous emmène en pleine nuit voir le terrain qu’il a acheté dans le village et nous parle de ses rêves d’une vie simple et heureuse à la campagne dans sa future maison qu’il est en train de concevoir.

 

 

Le jour Lucian est informaticien au tribunal de Tulcea et il écoute Chérie FM pour perfectionner son français. Avant de partir travailler il nous emmène visiter une forteresse d’où nous avons une vue imprenable sur les lagunes alentours. Puis arrivés à Tulcea, après un bref passage à son bureau, il nous dégote au port un bateau qui nous fera visiter le delta pendant quelques heures. A 10h nous nous séparons, touchés par son extrême gentillesse.

 

 

 

Notre périple en Roumanie s’achève déjà et nous gardons avant tout en mémoire toutes ces belles rencontres. Nous avions accueilli souvent des Couchsurfers et nous étions déjà allés quelques fois chez l’habitant, mais c’est la première fois que nous faisions un voyage porté par ce mode d’hébergement. A la fois par les soirées chez l’habitant mais aussi en cheminant selon leurs conseils. Et nous avons adoré !

Alors nous prenons cette semaine passée en Roumanie comme les prémices de ce que nous pourrons vivre de temps à autre pendant les deux années à venir. Et ça nous fait rêver de plus belle !!!

 

Retrouvez toutes nos photos de Roumanie ici :

 


Created with flickr slideshow.

 

 



2 commentaires sur “Voyage, Partage et Ciorba


     CORNILLE DOMINIQUE a écrit :

    24 mai 2014 à 18:28

    Merci de nous faire partager votre périple en Roumanie,
    C’ est agréable de vous lire, que de bons moments vous semblez avoir passé!!!!!!
    Les photos sont aussi « alléchantes »(le champ de pivoines est magnifique , les oiseaux dans leur nid ont attiré mon attention…….)


     Oliwdm a écrit :

    19 juin 2014 à 00:36

    Complètement séduit par votre périple, déjà :) Faudra voir pour le couchsurfing avec des enfants alors!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *