Comme un cheveu sur la soupe – Islande

PubliÉ le Catégories : Islande, Plats et traditions. Tags : , , , .


Isolés sur leur île, loin du reste du monde, les Islandais ont longtemps été contraints de manger avec le peu qu’ils avaient à leur disposition : beaucoup de poisson et de produits de la mer, beaucoup de mouton, et un peu de betterave. Pas simple ! En plus, lorsqu’en hiver, le jour très court et le gel omniprésent vous empêchent de sortir trouver de la nourriture pendant la moitié de l’année, il faut faire preuve de créativité tant dans la conservation des denrées que dans la diversification de l’alimentation.

Les Islandais se sont donc mis à manger tout, vraiment tout, dans le mouton : de la tête aux testicules, en passant par tous les abats. Le poisson n’est pas en reste : en soupe, bouilli, séché, fumé, faisandé, cuit sur la chaude pierre volcanique, voire même dans la terre en utilisant la géothermie. Quelle imagination !

Telle est donc l’origine de l’étrange cuisine islandaise. Aujourd’hui, l’importation et l’utilisation de serres leur permet d’avoir une cuisine plus élaborée, notamment en ce qui concerne les épices et les légumes. Mais à la base, il y aura toujours du poisson ou du mouton !

 

 

Le poisson séché

201407 - Islande - 0025Le roi de l’apéro ! C’est une véritable institution en Islande, ils en consomment tout le temps, à tout moment de la journée, comme des petits snacks. Il est vrai que pour endurer l’hiver, rien de tel que d’en grignoter de petits morceaux, pleins de protéines.

On y a goûté, en toute petite quantité, et c’est très sec, long à mâcher, avec un fort goût de poisson. Rien de très surprenant, en fait. Les Islandais préfèrent donc le manger avec un peu de beurre, ce qui doit effectivement être meilleur ainsi.

Malheureusement, on n’a pas pu essayer comme ça, car le poisson séché est vendu en grands paquets d’au moins 500 grammes. Un peu trop pour nous.

 

 

Le requin faisandé (hakarl)

201407 - Islande - 0015C’est (malheureusement) un autre must de l’apéro islandais. Il s’agit de viande de requin qui a reposé dehors pendant 6 à 9 mois, le temps d’évacuer l’urine contenue dans la viande, et de pourrir… Le hakarl est consommé sous formes de petits cubes, plutôt comme un apéritif. Ils l’accompagnent d’ailleurs de Brennivin, le schnapps local, sans doute pour aider à faire passer.

Le goût du requin est vraiment puissant, et terriblement mauvais, pour nous en tout cas. Mais peut-être que les Islandais diraient la même chose d’un petit morceau de fromage bien bien fait de chez nous…

 

 

Le mouton201407 - Islande - 0044

On ne va pas citer tous les plats à base de mouton qui existent en Islande, la liste serait trop longue et peu intéressante.

Notre expérience en mouton islandais s’est limitée à une sorte de grosse saucisse d’abats, essentiellement du foie, bouillie dans d’autres viscères. Un peu à la manière du haggis écossais. L’ensemble est alors mis sous une forme de grande saucisse à manger froide. A l’école, les petits Islandais en mangent souvent avec du riz au lait… Mais le riz au lait ici est assez fade, ni vraiment sucré, ni vraiment salé. Bref, comme ça, ce mélange ne nous a vraiment pas plu ! Alors on a essayé, pour finir notre saucisse, de la faire poêler en tranches, avec des légumes. Ce n’était pas mieux. Par contre, le riz au lait, une fois sucré et avec un peu de cannelle, passe très bien. Comme dessert bien sûr !

 

 

 

La soupe de poisson

201407 - Islande - 0190
On en a essayé quelques unes. Il existe probablement autant de manières de la cuisiner que d’Islandais. Plus ou moins onctueuse, avec des morceaux de poissons plus ou moins gros, des poissons différents, parfois des crevettes…

On a bien aimé celles auxquelles on a goûté : de bons morceaux de poissons, une soupe un peu épicée avec quelques herbes et de la crème, accompagnée de pain et de beurre. Sans doute une valeur sûre et bon marché de la gastronomie islandaise.

 

 

 

Le Skyr201407 - Islande - 0005

Encore une institution locale ! En fait, on ne sait pas précisément ce qu’est le Skyr. C’est une sorte de yaourt, ou de fromage blanc, mais bien plus épais (la cuillère tient debout dans le pot !). Mais ce n’est pas gras, pas du tout, juste très riche en protéines, encore une fois.

On en trouve en petits pots ou en grands pots, nature, à la vanille, à la banane, aux fruits rouges, à la pêche, etc. Bref, une large panoplie de goûts différents.

Existe aussi sous forme plus liquide, comme un yaourt à boire.

En tout cas, le Skyr nous a accompagné tous les jours, ou presque, sans jamais nous décevoir.

 

 

 

 

Le hot dog

A défaut de fast-food, les Islandais mangent beaucoup de hot dogs. Rien de particulier concernant le pain, ni la saucisse, aussi fade qu’ailleurs. En revanche les hot dogs sont accompagnés d’une sorte de sauce cocktail et de tout petits morceaux d’oignons croustillants, vraiment pas mauvais. La légende veut d’ailleurs que Bill Clinton ait mangé le meilleur hot dog de sa vie à Reykjavik. Enfin, ça ce sont les Islandais qui le disent.

 

 

Observations en vrac sur la culture alimentaire islandaise :

  • Domino’s pizza est une grande chaîne assez répandue en Islande. De l’avis des Islandais, les meilleurs pizzas Domino’s du monde sont celles d’Islande. Allez savoir pourquoi…Par chauvinisme peut-être ? En tout cas, point de petits scooters ici pour livrer les pizzas, mais bien des petites citadines avec le logo. Sans doute plus pratique pour les livreurs en plein hiver.
  • Dans certains hypermarchés, on peut se faire ses propres salades. Des plats de crudités, de riz, pâtes, légumes, poulet ou poisson sont en libre service, et l’on peut se faire sa propre barquette de salade froide, à payer au poids. Existe aussi pour la soupe bien chaude que l’on peut accompagner à sa convenance de fromage, croûtons, etc. Pratique pour un déjeuner sur le pouce, en été comme en hiver.
  • L’Islande est un des très rares pays au monde où il n’y a pas de Mc Donald’s. Et ils en sont fiers, les Islandais.
  • Il n’y a pas non plus de Starbucks sur l’île
  • On a vu beaucoup de serres sur l’île. Celles-ci exploitent la chaleur du sol : une bonne idée. On trouve donc, dans tous les supermarchés, des tomates cerises, des concombres ou des champignons « made in Iceland ». Il y aurait même des bananes ! A noter que la géothermie ne leur suffit pas pour faire pousser des tomates. Celles-ci sont donc importées et, par conséquent, plus chères que les tomates cerises.
  • On mange aussi du cheval en Islande, mais celui-ci n’est consommé que lorsqu’il est trop vieux pour aider l’homme à autre chose. Par conséquent, c’est une viande de moins bonne qualité que celle que l’on peut trouver en France, par exemple.
  • Malgré leur été plutôt frisquet, les Islandais sont de grands amateurs de glaces. Peut-être pour leur rappeler l’hiver ? On trouve en tout cas beaucoup de petits magasins qui en vendent, sous différentes formes et avec une grande variété de parfums.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *