Sprengisandur, la magnifique diagonale du vide

PubliÉ le Catégories : Islande. Tags : , .


Sprengisandur. C’est le joli nom d’un désert en plein cœur de l’Islande, un désert de pierres coincé entre deux immenses glaciers, Hofsjökull à l’Ouest et Vatnajokull à l’Est. Oui, le même que glacier que celui aperçu au Jökulsarlon.
Sprengisansleid. C’est le nom de la route F26, celle qui traverse l’Islande du Nord au Sud, en passant par ce désert. Une route ouverte quelques mois par an, entre juin et septembre, quand la neige a fondu et le niveau des rivières a baissé, laissant le chemin enfin praticable.
Sprengisandur, Sprengisansleid , c’est là où nous allons aujourd’hui.

 

Nous avons le sentiment d’être un peu privilégié en empruntant cette route. En effet, il n’y a que deux possibilités : avoir un gros 4×4 (et maîtriser la fonction 4 roues motrices !) ou prendre le bus 17 qui ne passe que 3 fois par semaine. Evidemment, nous sommes partis avec la seconde option.

 

Pourtant, on a failli ne jamais voir ce bus 17. Nous avions pris nos billets à Reykjavik quelques jours plus tôt. Nous devions attraper le bus à 9h à la station service de Selfoss, où nous sommes arrivés à 8h20. On ne voulait pas le rater ! Première difficulté, il y a 4 bus qui partent de Selfoss ce matin-là : 1 à 8h50 et 3 à 9h. Pour être sûr, on demande à chaque chauffeur s’il va à Godafoss, notre destination. Il est important de noter que les chauffeurs de bus islandais sont en général peu loquaces, voire peu aimables. C’est donc par des gestes et des grognements qu’il nous font comprendre que non.
9h15, le dernier bus de la matinée arrive, un peu en retard, et nous apprend que le bus 17 est déjà passé.
 » What ?! On est là depuis une heure ! »
Montée de stress. Et là, sans trop demander, tout s’organise. La personne appelle la compagnie du bus 17. Une petite camionnette est affrétée pour nous ramener sur l’itinéraire, et nous rattrapons un bus plus loin à une autre station service, qui nous emmènera enfin à notre fameux bus 17. Ouf !

 

Rapidement nous quittons la « grande route » pour entrer sur la fameuse route F-26. Le bus est légèrement surélevé, équipé un peu tout terrain et effectivement cela nous sera bien utile pour emprunter cette route de caillasses.
Et là l’émerveillement commence, en plus le soleil est au rendez-vous, ça nous change du sud.

 

Nous traversons des paysages incroyables. Des volcans et leurs glaciers au loin, des déserts de pierre, des lacs et des rivières que nous devons parfois passer à gué, un peu de verdure de ci de là.
Et surtout pas de civilisation sur 200km soit près de 7h ! On se sent vraiment au cœur de la nature !
Il s’agit d’ailleurs de la plus grande route d’Europe sans habitants.
Quelques rares traces d’humanité sur cette route :
Un barrage au début du parcours, un refuge au milieu, une piste d’hélicoptère non loin et quelques bâtons signalant la présence d’une fibre optique enterrée. Et pour le jour de notre passage : 21 voitures, 9 cyclistes, 2 marcheurs et quelques tentes installées au refuge.

 

Cette traversée est à couper le souffle, nous n’avons pas vu passer les heures de route tellement nous étions absorbés par ces paysages fantastiques et variés à perte de vue.
Et un grand bravo à notre chauffeur, car cela a du être bien éprouvant pour lui, mais il a fait preuve d’une grande agilité dans tous les passages difficiles.

 

 

Alors on vous recommande chaudement cette expédition si vous passez en Islande en été. Et on vous conseille plutôt de le faire en bus, cela vous évitera d’une part de louer un 4×4, beaucoup plus cher qu’une voiture classique, et d’autre part cela vous permettra d’en profiter pleinement en évitant les difficultés liées à la conduite sur ce terrain. Le seul inconvénient avec le bus, c’est qu’il ne s’arrête pas, hormis au refuge où la petite 1/2h octroyée est un peu juste pour manger, aller aux toilettes et prendre des photos.
La meilleure option selon nous serait de prendre un bus jusqu’au refuge, de passer deux nuits sur place pour profiter à fond des lieux et reprendre le bus suivant, 48h après. Et dans ce cas prévoir de la nourriture pour ces deux jours puisque vous n’en trouverez pas en route.

 

Informations pratiques :

Bus Reykjavik – Myvatn : 20500 ISK par personne. 11h30 de bus avec la compagnie Reykjavik Excursions (Route 17 – Sprengisandur). Commentaires audio en anglais plutôt intéressants pendant le trajet. Départ de Reykjavik les mardis, jeudis et dimanches. Départs de Myvatn les lundis, mercredis et vendredis.
Il est possible de ne faire qu’une partie du trajet, en ce qui nous concerne on avait fait Selfoss – Godafoss pour 17000 ISK.
Et à notre connaissance c’est la seule compagnie de bus qui propose cette route.



6 commentaires sur “Sprengisandur, la magnifique diagonale du vide


     Bruno (revedevoyage.pagesperso-orange.fr/islande.htm a écrit :

    2 août 2014 à 11:26

    Bonjour

    Merci pour le partage avec vos photographies.
    Le centre de l’Islande est exceptionnel. J’ai perso beaucoup aimé la traversée à vélo avec bivouacs improvisés même s’i la traversée des névés était parfois glacial et les nuits très fraiches.
    Les conditions météo semblent bonnes

    Bonne continuation de voyage

    Carine, Bruno


       Benito (voyagepartageetpotage.com a écrit :

      6 août 2014 à 18:42

      Le Sprengisandur à vélo, bravo !!! Combien de temps cela t’a pris ?
      Ce devait être magnifique de dormir dans cette étendue désertique. Si on devait refaire la traversée on s’arrêterait à coup sûr au milieu pour en profiter davantage.


     Jeremie NA a écrit :

    3 août 2014 à 13:00

    Zéro humain à 200 km à la ronde ! le bonheur :p
    bonne route


       Frisita (voyagepartageetpotage.com a répondu :

      6 août 2014 à 18:45

      Pas tout à fait zéro humain, on était 12 dans le bus :) Mais oui c’est vraiment un désert à perte de vue, et ce doit être top d’aller marcher quelques jours là dedans !


     Pascal a écrit :

    10 août 2014 à 14:11

    J’adore Godafoss ! :) Magnifique! Joli périple :)


       Benito (voyagepartageetpotage.com a écrit :

      12 août 2014 à 03:35

      Oui Godafoss c’était vraiment superbe ! On en a vraiment pris plein les yeux dans ce pays, surtout ce jour-là. Alors, tu nous rejoins quand ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.